«

»

Bulletin Paques / Présentation

PJ Présentation de PJ36 de Mars 2017

Voici d’abord in extenso l’éditorial de ce numéro.
« Le printemps revient ! Que c’est bon ! Ne boudons pas notre plaisir ! Accueillons le parfum léger des primevères, la lumière tendre des petites feuilles du vieil arbre, la délicatesse blanche et rose des fleurs du pommier ! Laissons-nous aller, comme le suggère notre ami Christophe André, à ces petits plaisirs qui enchantent notre vie. Et les hirondelles… j’allais oublier les hirondelles… celles qui tournoyaient gaiement autour du clocher de mon enfance !

Certes, les hirondelles sont de moins en moins nombreuses. Et en plus, selon le proverbe bien connu, « une hirondelle ne fait pas le printemps ». Il y a sans doute encore beaucoup de sombres hivers à traverser avant que l’Eglise hiérarchique ne consente au printemps.

Pourtant, on est parfois tenté de croire que des fleurs vont fleurir, que des feuilles vont pousser, que des hirondelles vont revenir, que la saison des amours va exploser au sein d’une Eglise qui ne cesse de prêcher qu’il faut s’aimer. 

Quelques évêques apparaissent comme des perce-neige : l’un préfère la clarté à l’hypocrisie, l’autre se montre bienveillant et propose son aide à un prêtre amoureux, un troisième remercie l’épouse et la fille d’un ancien prêtre orthodoxe converti au catholicisme. Oui, il y a des évêques qui travaillent à la venue du printemps, qui font sortir de toutes petites pousses, si petites qu’on ne les voit même pas.

Et que dire des papes ? Benoît XVI crée un diocèse pour les maronites de France. François ose un peu plus : il autorise l’ordination d’hommes mariés maronites habitant au-delà de l’Orient ! Et encore un peu plus : il passe une après-midi, agréable pour tous, avec des anciens prêtres mariés et avec leur famille !

C’est peut-être bien peu, c’est comme un tout petit brin d’herbe timide qui a peur de soulever l’humus pour exister !

L’immense décision évangélique qu’il faudrait prendre, à savoir annuler la règle du célibat obligatoire pour les prêtres, le pape actuel ne la prendra pas. Car pour François, il ne s’agit pas de soulever de l’humus, mais du béton ! Quand arrêterons-nous de bétonner, dans les paysages de l’Église, pour que la Vie ait tous ses droits ?

Pourtant, avec l’arrivée du printemps, on ne peut s’empêcher d’être optimiste, n’est-ce pas ? » Louise

—————————–
Dans ce numéro, vous trouverez plusieurs témoignages.  D’abord celui d’un prêtre aujourd’hui marié, délesté de son ministère, mais devenu accompagnant spirituel à Besançon. Il dit avoir quitté pour deux raisons principales : 1.vivre « en Plein Jour »  sa relation conjugale et un sentiment croissant de se trouver à l’étroit dans cette église qui s’arcboute maladivement. 2. « Le grand changement que je tire de ce changement, c’est d’avoir retrouvé une qualité de vie sans pareille… »
Les responsables hiérarchiques ((non élus, non choisis, hélas !) feraient bien de commencer à réfléchir sur les motivations qui ont fait que depuis les année 60, plus de 10.000 prêtres ont quitté leur ministère en France !

Didier long a écrit « Défense à Dieu d’entrer ». Nous vous en offrons 4 pages aujourd’hui, à suivre.
Voici une présentation de l’auteur et de son œuvre :
« Voici un livre dont je viens d’achever la lecture. Un livre sorti en 2005 et écrit par Didier Long, qui fut moine pendant dix ans à l’Abbaye de la Pierre-qui-Vire en Bourgogne.

Après avoir connu une jeunesse tumultueuse à Clermont-Ferrand, accompagnée d’une tentative de suicide, Didier Long choisit de s’engager dans la vie monastique. On ne comprend pas très bien dans son récit s’il ressent véritablement « un appel ». Didier Long raconte la vie quotidienne au monastère. Des passages sont souvent savoureux et drôles. Il raconte les rapports entre frères, le travail au quotidien, les moments de prières, son apprentissage dans différentes tâches au monastère, et notamment l’investissement qu’il mettra a moderniser l’imprimerie, fleuron de l’abbaye. Aussi surprenant que cela puisse paraître, le voici aussi « artiste » au sein du monastère. Il expose même dans une des galeries d’art contemporain les plus importantes à l’époque, à Paris. Un épisode très surprenant vu de l’extérieur, surtout quand on connait ce milieu…

Dix ans plus tard, il sort du monastère aussi librement qu’il y est entré. Un peu avant sa sortie, il rencontre une femme, une journaliste de la télévision qui vient faire un reportage sur l’abbaye. Il en tombe amoureux. Il choisit de rompre son engagement, sentant déjà depuis quelques temps qu’il n’est plus à sa place. A sa sortie, il doit se réhabituer à la vie « extérieure ». Muni de son « classeur de compétences multiples », il commence une carrière de manager spécialiste des techniques de l’information numérique. Il développe sa carrière, épouse entre temps la journaliste, devient père de trois enfants, et intègre une société importante du grand capitalisme spécialisée dans le conseil stratégique de grands groupes, puis monte sa propre entreprise de conseil.

J’avoue avoir été assez décontenancée par ce livre. »

Suite du Bulletin 36
« Il nous a fallu neuf ans avec ma compagne pour comprendre que ce qui nous unissait était plus que de l’amitié » C’est le témoignage d’un prêtre « tombé » amoureux… sans le savoir ! Après être passé par le Séminaire français de Rome « pépinière » d’évêques !! Ce n’est pas vieux. L’histoire remonte à 2013 !! » « Pour moi, dit-il, les choses se sont bien passées mais l’Église (la hiérarchie tout au moins Ndlr) a broyé ma compagne » dit Christophe !
Vous lirez ensuite l’histoire de Malek, prêtre, marié, père de trois enfants. Quand on vous avait dit que  c’était incompatible d’être prêtre et d’être marié, 2 sacrements incompatibles !! Comment faut-il caractériser ce qui nous a alors été répété comme argument imparable ? Une post-vérité, disons plus classiquement un mensonge ! ? Malek, il est vrai, est maronite. Il n’en est pas moins disciple de Jésus. Alors. «  J’ai toujours aimé l’idée de construire une famille. Je trouve ça important d’aimer et d’être aimé. » Comme on te comprend !!!

Et puis, l’impensable : le Pape François se rend en visite près de Rome dans la famille d’un prêtre aujourd’hui marié et y est accueilli par d’autre couples de prêtres mariés. « J’ai goûté le gout de l’évangile ! » disait l’un d’entre eux en commentant cette rencontre ! Comme on le comprend ! Cela nous change de l’attitude de bien des évêques qui ont littéralement chasséceux qui se sont confiés à eux en leur annonçant leur profond désir de changer de cap : partez le plus vite et le plus loin possible. Ils n‘ont pas oublié ! J’ignore s’ils ont pardonné !!!
Savoureux, hélas très vrai ! L’article sur l’église et les droits des femmes, rédigé par les deux femmes auteurs du livre « Le Déni » : un ouvrage qui devrait être mis entre les mains de tous les prêtres qu’ils soient « simples prêtres » – comme on dit, hélas ! – ou évêques ou cardinaux ou autres catégories avec obligation de le lire et d’en faire une recension à leurs fidèles !!! « L’église catholique a intégré comme toutes les autres traditions religieuses, l’inégalité entre les sexes. » (Jésus, reviens ! qu’ont-ils fait de ton enseignement et de ta pratique ? ) « D’une part elle a fabriqué un Genre féminin par ses récits, des mythes, des représentations qu’elle a définis à partir de de deux archétypes : Ève tentatrice et coupable, et Marie, parfaite et sublime. (J’ajoute : vierge et mère !) D’autre part elle a fabriqué un Genre masculin par son droit… »
 Juan José Tamayo est un théologien espagnol qui a beaucoup travaillé sur la théologie dite de la Libération, et non plus de la soumission. Au passage, comme vous le savez, Islam signifie soumission mais aussi paix. « Jésus a formé un mouvement égalitaire, anti-hégémonique… Il juge que la mise en place d’un diaconat féminin n’est pas une bonne chose, la femme étant alors toujours considérée au service de l’homme-prêtre !

Christophe André psychiatre bien connu pour ses nombreux livres nous parle de la sagesse, de l’intelligence et du mystère du plaisir. « L’intelligence de la vie c’est d’accueillir tous ces plaisirs, sans les hiérarchiser et de toujours s’en réjouir. »

Le parti au pouvoir en Pologne veut s’attaquer au droit des femmes  et des couples à l’avortement, soutenu en grande partie par la hiérarchie catholique trop heureuse de reprendre un peu de pouvoir, alors que les chrétiens s’émancipent rapidement, comme le confirment certains media. Voici un panel de femmes résistantes, de 16 à 61 ans. La qualité d’une société se mesure à la place et aux droits qu’elle reconnait aux femmes. Souvenons-nous !
Plein Jour s’ouvre à un anthropologue des religions qui a beaucoup ouvré pour un Islam des Lumières. Il parle de la sexualité dans l’Islam. Ce n’est pas tout à fait l’image que nous en avions et que nous en donnent des pratiques surréalistes ! Mais Malek Chebel vient de mourir à 63 ans. Il aura marqué son temps.

Pour une fois ne rejetons pas ces nouvelles croquignolesques de curés qui, dans la sainte cité de Padoue en Italie, ont été arrêtés et jetés en prison pour des fréquentations et des pratiques qu’on verrait mieux dans des milieux de la pornographie ou de la prostitution ! Mais c’est en Italie !!! « Le journal local ‘il Matino di Padova’ va jusqu’à prêter une quinzaine de maîtresses à cet homme d’église. » Diable ! On ne se refuse rien !!!
Enfin je vous laisse le soin de découvrir les petits billets du professeur Théron ou les dessins de notre ami Piem !! ça se passe de commentaires !

Merci de partager cette présentation avec vos amis, si vous le jugez à propos.
Le N°36 de Plein jour est à cette adresse :
http://plein-jour.eu/wordpress/bulletin-de-printemps-paques-pj36/

 


 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>