«

»

Bulletin Plein Jour de Pâques 2016 (PJ32)

Plein Jour de Pâques est arrivé avec le printemps qui pointe son nez !
Merci de votre fidélité.
Bon Printemps !
Lisez ci-dessous l’éditorial.

Un certain vendredi 13 ?

C’était le soir d’un vendredi 13… avec ses pronostics de chance ou de malchance.
Dans certains quartiers de Paris régnait une ambiance joyeuse. On profitait de ce week-end pour se détendre après le boulot, au café, au restaurant, au théâtre, ou en se promenant… Tout à coup, la mort fait irruption avec son cortège de victimes innocentes. C’est l’horreur ! Aussitôt, radios et télés diffusent des nouvelles fracassantes. Des attentats simultanés ont ensanglanté ce quartier paisible de la capitale. C’est l’effroi ! Nous avons peur ! Les commanditaires de ces crimes sont déterminés. Organisés en réseaux, ils poursuivent leur oeuvre destructrice. C’est la sidération.
Après quelques minutes d’effarement, notre vieux fonds de Gaulois rebelle prend le dessus. « Eh bien non ! Nous n’allons pas nous laisser abattre ! S’ils voient notre peur, ils ont gagné ! » Et spontanément, les gens sortent dans la rue. Ils ont besoin de se sentir solidaires, de se réconforter pour faire front à la barbarie. Pourtant le bilan est lourd : 130 morts et des centaines de blessés. Nous sommes en deuil. C’est le temps du recueillement et de la réflexion.
Une question me taraude. D’où sont sortis ces jeunes djihadistes ? Qui sont-ils ? Nous sommes surpris d’apprendre qu’ils ne sont pas tous issus de familles musulmanes. Ces adolescents qui se précipitent en foule vers la Syrie proviennent de milieux sociaux différents. Est-ce seulement une cause religieuse qui les motive ? Ne serait-ce pas plutôt une profonde désillusion par rapport au monde adulte où ils n’ont pas trouvé leur place ? Dans notre société dominée par le profit, nous n’avons pas su les mobiliser autour de valeurs positives à défendre. En revanche, les terroristes recruteurs ont eu l’habileté de maquiller leurs sinistres desseins en causes humanitaires et en projets grandioses. Honteusement manipulés, ces jeunes se sont engagés à leurs côtés avec toute la générosité de leur âge. Comment sortir de cet engrenage mortifère ?
Référons-nous à Frère Aloïs, prieur de la Communauté oecuménique de Taizé :
« Tous, nous sommes sous le choc. Résister à la peur, cela ne signifie pas qu’elle doit disparaître, mais qu’on doit en être conscient, et ne pas se laisser paralyser par elle. La fraternité est vraiment le seul chemin d’avenir, même s’il semble fragile. Nous ne devons pas permettre que le refus de l’autre s’introduise dans nos coeurs car c’est le germe de la barbarie.
Ce qui m’a frappé ces derniers jours, c’est de voir que l’élan de solidarité a été aussi spontané que la peur. Les gens sont allés vers les blessés, ont recueilli des inconnus dans leurs appartements. Nous devons nous appuyer sur cette réalité. Développer notre solidarité, voilà qui est nécessaire aussi et qui doit aller de pair avec la réponse sécuritaire. En accueillant à Taizé des jeunes de tous les horizons, nous essayons de permettre à des jeunes de faire des expériences de cette fraternité universelle, et je voudrais dire combien les nouvelles générations dans leur immense majorité aspirent à la paix.
Comment peut-on continuer à présenter les religions comme un facteur de paix alors que tous les attentats sont commis au nom de Dieu ? C’est un fait que Daech invoque le nom de Dieu pour justifier ses crimes mais cela n’a rien à voir avec l’islam authentique. Tous nos amis musulmans nous le confirment. Et ensemble nous devons affirmer qu’il est impossible de justifier la violence au nom du « seul vrai Dieu ». En ce moment, nous hébergeons à Taizé sept migrants soudanais qui sont venus de Calais. Samedi, au repas de midi, ils nous ont dit qu’ils condamnaient ceux qui utilisent l’islam pour commettre de telles atrocités. Je pense que c’est cela dont nous avons besoin : un simple contact avec des musulmans peut déjà changer notre regard. S’il y a des jeunes qui se laissent prendre par ceux qui leur présentent la violence comme projet de vie, les religions ont désormais la responsabilité de montrer que la fraternité est un projet de vie. »

Dominique
http://plein-jour.eu

xxxxxxxxxxxxxxxxx

NB. Comme il vous a déjà été proposé, pourquoi ne créeriez-vous pas une liste personnelle dans laquelle vous placeriez les mails de vos relations, celles à qui vous pouvez transmettre un lien vers les Bulletins ou vers d’autres infos ? Vous n’auriez plus qu’à taper le nom que vous aurez donné à cette liste dans la ligne des destinataires. De préférence, placez-la dans la ligne d’envoi CCI (envoi caché), ni A, ni CC.
Merci…pour eux !

Le SOMMAIRE est en page 2.
– Vous pouvez y aller de vos commentaires. Voyez au bas de la page.

–  Laissez un peu de temps à votre ordinateur pour charger toutes les pages du Bulletin; c’est un document lourd !

– Pour la lecture à l’écran,  les 2 loupes situées en haut et à droite du texte vous permettent d’agrandir ou de diminuer les caractères.

– Vous pouvez  télécharger ce Bulletin ou encore l’imprimer au format classique 21 x 29,7

Bonne lecture !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>