«

»

Bulletin de Pâques 2016: Présentation PJ32

Comme le Printemps, il arrive chez vous.
https://plein-jour.eu/wordpress/bulletin-plein-jour-de-paques-2016-pj32/

Ce Bulletin se fait l’écho des tragiques évènements de Paris en novembre 2015, faisant suite à ceux de Charlie Hebdo en janvier de la même année. Nous qui mettons en avant les droits de l’homme dans notre contestation du célibat imposé pour les prêtres, nous qui nous trouvons affrontés à des structures religieuses dont nous contestons leur poids  sur les consciences, n’était-il pas normal de réfléchir à la portée de ces évènements. La lettre du frère Aloïs de Taizé nous y invite : « Comment peut-on continuer à présenter les religions comme un facteur de paix alors que tous les attentats sont commis au nom de Dieu ?… Ensemble nous devons affirmer qu’il est impossible de justifier la violence au nom du seul vrai Dieu. «  Et pourtant ! L’histoire des siècles passés nous en révèle aussi des violences engendrées par les représentants ce cette même Eglise catholique, au nom de la vérité et au nom de Dieu ! …

A elle seule, l’admirable lettre de cet homme Antoine Leiris, qui a perdu son épouse dans les attentats, mérite une lecture attentive : » Vous n’aurez pas ma haine ! Je ne vous ferai pas ce cadeau de vous haïr… »
Surprenant, ce témoignage de Pierre prêtre, sur son cheminement, sur sa découverte du surgissement de l’amour  dans sa vie et sur la réponse existentielle qu’il a cru devoir apporter concrètement. « Un an avant, j’aurais lutté comme on m’avait dit de le faire… Là, je laissais faire la vie…Tous ces principes théoriques, que je n’avais pas de raison de contester à priori, étaient mis à l’épreuve de la réalité. Loin de voir une contradiction entre l’amour de Dieu et l’amour de ma femme, je réalisais que l’amour de Dieu passait aussi par l’amour de ma femme… » (p. 7)
Une compagne, membre du Comité de l’Association suisse Zöfra (notre partenaire) raconte son cheminement en Valais. Nous y retrouvons ces mêmes interrogations partagées par la plupart des compagnes, ce balancement  entre une question et une conviction ; d’une part : « Si nous continuons ainsi cette relation, il perdra son travail.  Est-ce que j’ai le droit de lui faire perdre ce travail auquel il tient ? » Et d’autre part : « Je pensais que Dieu ne pouvait pas m’interdire d’aimer quelqu’un. » (p. 8)

Excellent ouvrage que celui de Maud Amandier et Alice Chablis « Le Déni – Enquête sur l’église et l’égalité des sexes » dont est extraite cette page sur « Les dégâts du célibat ». Certes on ne peut pas arguer que cette seule obligation du célibat est la cause d’autres ravages, et notamment la pédophilie. D’autres professions en contact avec les enfants enregistrent chaque année des « crimes » identiques. Mais est-ce une raison pour en minimiser l’impact sur la vie de ces enfants et en exonérer l’Institution qui a mandaté ces hommes sous le prétexte que le voisin ne fait pas mieux ? Mais il est une donnée dont les autres institutions ne peuvent se prévaloir : ce caractère sacré dont on entoure la fonction du prêtre. Merci aux auteurs de mettre ainsi le doigt sur les silences coupables de cette institution, sur la solitude de bien des prêtres, les dérives comportementales dans l’alcool et la dépression, la souffrance des compagnes et des enfants… (p.10)
Merci encore de mettre à jour derrière l’expression « colonisation idéologique » la mise en question malheureuse du  travail de recherche concernant les études de genre ; elles « qui ont révélé les rapports de domination entre hommes et femmes et permis d’accélérer l’évolution des droits des femmes et des homosexuels », ce qui ne plait pas à cette hiérarchie encore et toujours très machiste et patriarcale ! (p.11)
Lucette Scaraffia a participé au Synode sur la famille. Son récit est suave !! « J’étais considérée comme une mascotte ! » Elle souligne « chez ces cardinaux, ces évêques et ces prêtres la parfaite ignorance de la gent féminine, leur peu de savoir-faire à l’égard de ces femmes tenues pour inférieures comme les sœurs, qui généralement leur servaient de domestiques …» (p.12-13) Combien de synodes faudra-t-il pour parvenir à des conceptions et des comportements adaptés ? L’introduction de femmes aux différents postes de responsabilité pourrait faire changer ces mentalités, mais à condition que ces pouvoirs ne soient pas que des subterfuges ou des apparences !

A moins qu’il ne faille carrément réinventer les Communautés et à partir d’elles, réinventer les fonctions au service de ces mêmes communautés  (p.18), comme nous y invite la Fédération catholique européenne et internationale des prêtres mariés dans le compte-rendu de son Congrès tenu en Espagne en octobre 2015 !
Yves Louyot, avec sa verve habituelle, nous invite à regarder avec d’autres yeux ces changements qu’une autre vision du réel vécu impose à des hommes pour échapper à tous ces conditionnements  qui fonctionnent « plus comme des ralentisseurs que comme des accélérateurs » et que d’autres taclent avec mépris comme de la traitrise !! Expérience et cheminement personnels, et non dogme et immobilisme sacrés ! L’existentialisme et le personnalisme sont aussi passés par là, mais apparemment du moins, ils ne sont pas encore arrivés à Rome !

Ne ratez pas le récit de Samar Batrawi. Elle raconte le 3 novembre, il y a 59 ans déjà, où les forces Israéliennes ont massacré près de 300 personnes à Khan Younis et toujours dans l’impunité internationale. Je suis, dit-elle à l’ambassadeur d’Israël à Londres, la petite fille de deux Palestiniens « déplacés de force quand l’Etat que vous représentez a été créé ». « Vous êtes leurs occupants (en Cisjordanie) leurs bourreaux, leurs geôliers, leurs voleurs de terre et d’eau, ceux qui les exilent, qui détruisent leurs maisons, ceux qui bloquent leurs horizons ? » Une femme courageuse !! Mais jusques à quand supporterons-nous ces situations intolérables à deux pas de chez nous ?

Mais ne ratez pas La « Lettre ouverte au monde Musulman » du Philosophe français Abedennour Bidar. Allez plutôt acheter son autre ouvrage « L’islam sans soumission ». Que de chemin à parcourir dans ce domaine ! Sa réflexion sur « la sortie de la religion » est à examiner de près car elle nous concerne. Ce Philosophe français auvergnat, à la charnière entre l’orient et l’Occident, a quelque chose à nous dire !!

N’hésitez pas à nous écrire, comme l’ont fait d’autres lecteurs (p.27), et aussi pensez à l’envoi de votre cotisation ou de votre aide.

Merci à Dominique, Marie et tous les correspondants qui ont réalisé ce bulletin.
Bonne lecture.
Pour aller lire le Bulletin, cliquer >>>>ICI

Jean
NB. Vous pouvez maintenant ajouter un commentaire à chaque article. Merci.
Vous pouvez aussi vous abonner. Vous recevrez alors l’information sur les textes du Site dès leur parution. RSS