Bulletin PLEIN JOUR de Décembre 2015 N°31

Plein Jour 31 de décembre 2015 vous est offert… ci-dessous.

>>> Afficher le bulletin Plein Jour n° 31

Bonne Fêtes de Noël et de fin d’année 2015.
Merci de votre fidélité.
Lisez ci-dessous l’éditorial.

TENDRESSE

Nous avons connu la grâce de vivre un grand amour partagé. […]

Chaque fois que les circonstances nous ont tenus éloignés l’un de l’autre, nous en avons souffert.

Nous avions atteint un point de non-retour, le point où deux êtres ne peuvent plus se séparer. […]

Ce qui se passait entre nous était de l’ordre de la lumière. Nous ne nous éclairions pas l’un l’autre.

C’était la même lumière qui nous éclairait. Elle ne venait pas de nous, elle venait d’ailleurs, mais nous avons su l’accueillir, lui ménager entre nous deux, un lieu, lui faire un espace. Notre chance était de vivre dans cet espace de lumière. […] 

On dit que la passion est une maladie, qu’elle détruit. Rien n’est plus faux. La passion d’amour, à

son point extrême, développe toutes les forces. […]

La tendresse illimitée que j’ai pour toi, je la reporte sur ceux qui m’entourent. Tu m’as agrandi le cœur et je crois qu’il ne se rétrécira plus !

Jacques de Bourbon Busset (Lettre à Laurence)

Pourquoi les prêtres seraient-ils privés de la grâce… de cette grâce ? Cette grâce qui peut toucher tout homme ou toute femme, à n’importe quel moment de la vie, en général au moment où on s’y attend le moins ? Vivre dans la lumière, n’est-ce pas important pour un prêtre ? Surtout s’il s’agit d’une « lumière venue d’ailleurs », c’est-à-dire une lumière qui n’a rien à voir avec l’enfermement dans un duo égoïste ? Avoir des forces, n’est-ce pas important pour un prêtre, pour un homme qui souhaite diffuser le message d’Amour de l’Evangile ? Avoir un cœur agrandi, n’est-ce pas important pour un prêtre qui vit dans la relation humaine à longueur de jour ?

La grâce d’un grand et véritable amour n’est peut-être pas donnée à tout le monde…

Peut-être faut-il avoir pris certains chemins pour recevoir cette grâce-là ? Mais quand elle survient, même si on est prêtre, c’est un non-sens de la refuser puisqu’elle conduit à un degré d’être tellement plus profond.

Jacques de Bourbon Busset est bien conscient que « la vraie vie est un sentier escarpé qui exige effort et patience. […] Le temps s’est révélé, non un ennemi, mais un ami. Pourquoi ? Peut-être parce que nous n’avions jamais rien considéré comme acquis. Tels des amants du premier jour, nous luttions pour qu’il y eût un lendemain. » Un prêtre, après toutes ses années de formation, n’est-il pas tout à fait capable d’effort et de patience ?

Des arguments sont avancés en faveur du célibat obligatoire pour les prêtres catholiques.

Si on acceptait de revoir profondément l’organisation de l’Eglise, ces arguments tomberaient d’eux-mêmes devant l’évidence : un homme libre et heureux apporte plus à l’humanité tout entière qu’un homme enfermé dans une prison où la femme n’entre pas.

Louise

A l’an 2016 !!!

—–

Vous pouvez  télécharger ce Bulletin ou encore l’imprimer au format classique 21 x 29,7

Bonne lecture !

>>> Afficher le bulletin Plein Jour n° 31