«

»

BULLETIN Plein Jour N° 23 de Décembre 2013

logo_pleinjour

 Présentation

 Autrefois, lorsque les hommes ou les machines étaient passés dans les champs de céréales, toute personne avait le droit de venir ramasser ce qui restait. On utilisait alors ce joli mot de… “glaner”.

Au fil des témoignages, toujours aussi nombreux dans ce Numéro 23 de Plein Jour, moi aussi je suis allé glaner quelque paroles qui ont attiré mon attention, en anticipant votre propre lecture !

“Avec le recul, je constate qu’oser témoigner a été pour moi une libération, le sentiment d’exister en dépit de ce statut si différent et si lourd à assumer, à vivre tout simplement dans la société actuelle, et ce, y compris dans sa propre famille : “compagne de prêtre” !” Charlotte était venue, mais avec quelle crainte, participer à la rencontre de Lourmarin en septembre dernier. (Un compte-rendu figure dans ce numéro p.25)

“La collision amoureuse est l’irruption d’une verticalité dans le calme plat de l’existence; elle est douleur et jouissance… Et toi, m’aimes-tu ? Si par miracle il répond oui, j’accède à l’apaisement; j’entre dans la jubilation de la réciprocité… Jouissance inouïe d’être aimé, c’est-à-dire sauvé de son vivant.” Admirable analyse de Pascal Bruckner !

Nous continuons à privilégier des témoignages de compagnes et aussi de prêtres. Aujourd’hui « Dominique le rebelle »nous présente son parcours, à commencer par ce qu’on appelle couramment sa “vocation”.

“Je me mettais au dessus de l’humain pour le service de la transcendance divine, acceptant pour cela d’être mis à part de la vie ordinaire.” Jusqu’au jour où cela a posé problème ! “Engagement à vie… obéissance absolue… célibat à vie… absence de cotisation vieillesse : les seules raisons de ces obligations sont des raisons financières…. Je ne me rendais pas compte de cette aliénation…” Je vous laisse découvrir la suite.

Une autre spécificité dans ce Bulletin de décembre : PJ donne la parole à un évêque : Robert Chapuis, premier évêque nommé de Mananjary à Madagascar. Pour partager la vie des gens il part vivre dans la forêt. Il y découvre les ” conditions de vie misérable des gens, le poids de la pauvreté et le sentiment général d’abandon ressenti par le peuple des campagnes. “J’en venais à une autre sorte d’interpellation : « Cette Église à laquelle j’appartiens est-elle engagée dans cette grande œuvre de libération ? Le peuple malgache n’a qu’une histoire et je crois de toute ma force que Dieu veut faire de cette histoire une histoire de salut. Mais tant qu’à Madagascar nous serons plus romains que catholiques, de quelles oppressions n’aura pas encore à souffrir le petit peuple chrétien! L’adage “Religion-opium du peuple” n’est pas dénué de tout fondement tant que l’Église garde ses structures de type féodal et tient son monde à coups de tabous et de sanctions, au lieu de le lancer dans cette grande œuvre de libération des masses, là où se révèle le Dieu Vivant.» Il démissionne en 1973, puis rencontre celle qui deviendra son épouse : “Une grâce”, dit-il, ce bonheur de regarder à deux… Tu vaux cher à mes yeux; tu as du poids et moi, je t’aime”.

Marie-Aimée témoigne du courage qu”il faut pour dire “Non”, Je n’accepte plus ces conditions d’un amour au rabais… Et dans son cas le refus a payé !

Yves interpelle les prêtres :”Il est à souhaiter, amis prêtres, que certains d’entre vous aient pris conscience que leur interdire l’usage de leur sexualité était une injustice. Laquelle comporte un disjoncteur incorporé. A savoir la transgression légitime de cet abus d’autorité.” Parole directe, toujours imagée ! Merci Yves.

 Féministe, oui, nous voulons que le Bulletin puisse se qualifier ainsi, mais dans le concret. Quatre notes : contre le mariage des enfants au Népal, contre le refus des vaccinations d’enfants par les talibans du Pakistan, pour se réjouir de la libération de Nasrin Soutoudeh, avocate des droits de l’homme en Iran et pour célébrer les découvertes de Bonnie Bassler (Université de Princeton) dans le domaine du langage des bactéries.

 Mais je vous laisse le plaisir de découvrir d’autres pages, celles de l’humour ou de la poésie.

Léon a bien de la chance : Heureux avec Marga aujourd’hui, il est “malheureux” avec son église ! Il en attend de profonds changements. “On est né 100 ans trop tôt”, dit-il !

Puissions-nous progresser dans cet état d’insurrection permanente !

 Dominique et Jean

 

SOMMAIRE

Laissez un peu de temps à votre ordinateur pour charger toutes les pages.

Vous trouverez le Sommaire en page 2 de ce numéro.

Pour la lecture à l’écran,  les 2 loupes situées  au dessus et à droite du texte vous permettent d’agrandir ou de diminuer les caractères.

Vous pouvez  télécharger ce Bulletin ou encore l’imprimer au format classique 21 x 29,7

Transmettez ce Bulletin à vos amis et relations. Merci.

Et Merci à Christine et Pierre qui ont pris le relais de Samuel pour sa mise en page.

 

NB. Si vous souhaitez télécharger ce Bulletin dans une autre fenêtre,

cliquez sur le lien  >>>>  ICI