«

»

PJ29 de juin 2015 Editorial d’après Jacques Gaillot

L’Avenir est ouvert

Cette fois, c’est notre Ami et président d’honneur, Jacques Gaillot, qui m’a inspirée. Plus précisément sa lettre du 9 novembre 2014 parue dans l’Humanité Dimanche.

« L’avenir est ouvert » C’est sur cette note optimiste que Jacques annonce la couleur. Loin d’être lénifiant, ce texte commence par un diagnostic vrai.

« Le synode romain a donné lieu à de vives tensions entre progressistes et conservateurs.

L’assemblée a été dominée semble-t-il par les conservateurs. Faut-il s’en étonner ?…Le texte adopté à la fin du synode m’apparaît décevant et en retrait. Surtout par rapport aux propositions d’ouverture qui avaient été faites aux divorcés remariés et aux homosexuels. Ce texte donne l’impression que l’on reste enfermé dans un système. » Constat navré d’un statu quo alors que l’opinion publique s’impatiente.

« Beaucoup attendent que des portes s’ouvrent et que l’Eglise catholique rencontre son temps. »

Ensuite, l’évêque de Partenia se livre à une analyse réaliste d’une société complexe telle qu’elle se présente de nos jours.

« Dans nos sociétés modernes, le modèle familial a éclaté : familles divorcées, sans enfants, monoparentales, recomposées, de même sexe… C’est un changement anthropologique et Affiner son regard, y voir clair, c’est bien. Mais encore faut-il agir !

« L’Eglise catholique est invitée à accueillir les personnes telles qu’elles sont et non pas telles qu’elles devraient être.. Partir non des principes mais des couples qui sont de fait exclus de l’union sacramentelle. Reconnaître avec bienveillance l’amour qui est vécu chez ces couples hors normes. Ne pas se réfugier dans la doctrine en tenant un discours normatif, mais se mettre à l’écoute, et poser un regard positif sur ces nouvelles formes de familles dont la vie au quotidien n’est souvent pas facile. Tant de familles vivent dans la précarité, victimes d’un système économique inhumain. »

Le moteur de l’action est inspiré par un retour aux sources.

« Ce n’est pas la discipline qui prévaut, c’est la miséricorde. N’est-ce-pas le comportement habituel de Jésus dans toutes ses rencontres sur les chemins de Palestine » ?

La hiérarchie est invitée à changer de mentalité, à se laisser guider par le cœur et non par la loi.

« Le rôle de l’Eglise est d’accompagner, de soulager, d’encourager et non pas d’imposer des fardeaux que nous-mêmes ne portons pas. Partir des situations de vie telles qu’elles sont et faire un pas en avant sur un chemin nouveau qui soit respectueux des personnes. »

Un brin provocant, ce n’est pas nouveau, notre évêque fait écho à la contestation en marche dans certaines paroisses dont les curés ignorent les interdits tombés d’en haut.

« C’est l’honneur de l’Eglise que des chrétiens, des prêtres aient depuis longtemps ouvert les portes. Le mariage civil est reconnu positivement. Des divorcés remariés sont accueillis et communient. Des responsabilités leur sont confiées ; Des couples homosexuels sont reconnus et estimés. Leur mariage est béni et les enfants sont baptisés. Dans les périphéries de l’Eglise, existe un climat de tolérance et de respect où les exclus de nos règlements sont les premiers invités à la table eucharistique. »

« L’AVENIR EST OUVERT. LE MEILLEUR EST A VENIR »

Bonne méditation !

Dominique, présidente de Plein Jour