«

»

Rencontre Nationale Plein Jour Paris 16 06 18 B

PJ CR AG 16 06 18

NB. Bien qu’il s’agisse d’un document interne, nous le diffusons pour montre que, chez nous, il n’y a pas de complot ou d’opposition systématique à quelque Institution mais seulement la volonté de faire face, en aidant les personnes, à une Règle aujourd’hui devenu absurde. 
Ils sont venus des 4 coins de France, et même de Suisse. Nous accueillons en effet Gabriella, fondatrice de l’Association suisse Zöfra, un genre Plein Jour… Nous en parlerons plus loin.

Le lieu de la rencontre est connu ; il se situe à Paris pas très loin du Métro saint François Xavier ou Sèvres Babylone, un lieu historique ; il a vu s’y réunir le Conseil  national de la Résistance, mais aussi les précurseurs du périodique La Vie (à l’époque le titre en était « la Vie catholique illustrée »). Il est aujourd’hui le siège de Parvis, Réseau inter-associatif, dont nous sommes membres avec 50 autres Associations.

Nous commençons par un tour de table de présentation habituel mené par Léon, vice-président. Chacune/chacun a le temps de se présenter, de donner quelques repères sur sa situation, s’il le désire. On ne pose pas de questions ou très peu, par respect du secret personnel, sauf si la personne y invite. Les situations sont très variées : compagnes avec prêtres ou religieux en ministère, compagne écartée après 2 ans de relations, prêtre marié mais veuf, prêtres mariés et responsables dans l’Association, ancien dominicain responsable de couvent et prof d’université aujourd’hui marié, enfant de prêtre représentant Anne Marie fille de prêtre et de religieuse (que nous sommes heureux d’accueillir pour la première fois), ex-religieuse et épouse de prêtre… Nous sommes heureux de nous rencontrer et de nous découvrir car nous avons bien des points en commun.
Quelques personnes inscrites à notre rencontre se sont excusées, dont une compagne espagnole.

Nous écoutons ensuite une présentation par Jean du Rapport d’activité de Plein Jour. (voir sur le Site...>>) Chaque adhérent l’a reçu comme il se doit. Vous en trouverez aussi de larges extraits dans le Bulletin N°42 de fin Août-début Septembre. Plein Jour est bien vivant, même si nous avons été affectés par le départ du poste de Présidente de Dominique. Celle-ci n’ayant pu venir, Jean donne des nouvelles.
Le Bulletin a changé. Nous ne pouvons en effet insérer des articles ou des chansons sans avoir au préalable demandé les autorisations. C’est un travail supplémentaire. On verra à l’occasion lorsque c’est possible. Le Bulletin garde ses axes essentiels : la remise en cause de la règle inadaptée et dangereuse du célibat imposé à ceux qui veulent être animateurs de communautés dans l’église Catholique ; le soutien apporté aux compagnes, surtout si elles se trouvent en situation difficile, par exemple face à un prêtre indécis, quelques fois immature ou lorsque des enfants sont déjà arrivés ; l’encouragement à faire respecter leur dignité ; leur refus de la culpabilité… Les  Bulletins constituent un lien entre nous et nos adhérents. Ils manifestent notre vitalité et notre visibilité. Certains lecteurs nous disent combien la lecture d’autres témoignages les aide, surtout dans des situations difficiles. Pierre et Christine continuent leur tâche de gestionnaire du Bulletin.

Modifications au sein du CA.  Plusieurs anciens membres du CA ne désirent pas continuer dans cette fonction pour raison de santé ou de charges familiales et professionnelles, mais restent membres de la cellule d’Écoute. Qu’ils en soient remerciés.

Quatre nouvelles candidatures sont présentées pour le CA : Martine du 42, Georges du 26, Anne Marie du 38 (tous 3 de Rhône Alpes Auvergne), et Monique du 22 en Bretagne.
En outre Gabriella de Suisse accepte d’être conseillère spéciale. Elle nous apportera son expérience de la responsabilité qu’elle a exercée à l’Association Zöfra.
Les candidatures sont acceptées à l’unanimité (présents + pouvoirs).
Ces derniers entrants rejoignent les autres membres du CA : Marie-Françoise, Lysiane, Jean, Léon

Léon, ne souhaitant plus rester vice-président, a démissionné de cette fonction mais reste trésorier à la suite de la démission de Bernard très liée au départ de Dominique, sa voisine et amie !
Marie-Françoise continue comme secrétaire.
Devant cette situation, Jean propose de créer une fonction nouvelle : Animateur du Conseil. Cette fonction aurait notamment pour objectif de gérer le fonctionnement de l’Association et de préparer l’avenir.
Jean se propose pour remplir cette fonction.
L’Assemblée approuve à l’unanimité.

L’après-midi, Gabriella nous présente le fonctionnement de la Zöfra « Association de femmes touchées par le célibat des prêtres en Suisse », Association qu’elle a créée en septembre 2000. Gabriella nous précise que le Comité (4 ou 5 femmes autour d’elle) a commencé à accompagner des compagnes depuis 1994. L’engagement est un point majeur pour le succès d’une telle entreprise. Le Comité travaille entre 1000 et 1500h par an!
Par contre, nous devons constater de grandes différences de contexte avec la France :
– Les paroisses reçoivent directement un quota sur les impôts d’État, et non les évêchés comme en Alemagne. Elles peuvent ainsi aider directement la Zöfra pour des cas difficiles.
– De plus la Zöfra n’a pas trop de problèmes financiers car elle s’appuie sur un réseau de donateurs habituels.
– Certains prêtres qui décident d’aller au mariage se voient confier, à leur demande, un ministère pastoral, y compris comme responsables de paroisse, mais sans possibilité de célébrer l’eucharistie. On évite ainsi le gâchis que connait la France !
– Les débats dans l’Association se font séparément hommes-femmes de manière à faciliter la prise de parole.
– Zöfra a de multiples relations internationales, notamment avec les Associations de «prêtres mariés ».
– Zöfra a recherché le dialogue avec les évêques suisses. Plus facile avec tel ou tel ; notamment lors de la recherche en commun de solutions lorsqu’un prêtre fait le pas (soutien financier, embauche éventuelle dans un service d’église, administratif ou pastoral). Par contre dialogue de sourd pendant de nombreuses années avec la structure collective. Les évêques se contrôlent l’un l’autre et ont peur ! Mais l’obstination de la Zöfra a semble-t-il payé. Les évêques ne se rendent pas compte de ce que cela représente pour un homme de 40, 45 ans d’être renvoyé, licencié, sans diplôme civil  et sans indemnité ni inscription au chômage. Inhumanité ?
Étrange et significative comparaison : lorsque Plein Jour a envoyé 25 lettres à des évêques français pourtant sélectionnés comme les plus ouverts, nous avons eu 2 réponses, 2 accusés de réception ! A chacun de faire son propre commentaire !

Gabriella présente le livre qu’elle a produit : « Oh mon Dieu! Le célibat des prêtres, un chemin de croix » Ed. Favre, 2015

Auteur Gabriella Loser Friedli ZOFRA

Oh mon Dieu ! le célibat des prêtres, un chemin de croix

» Elle nous en distribue quelques exemplaires. Merci beaucoup.
Sylviane nous présente « Douze enfants de prêtres témoignent » publié par l’Association « Enfants de prêtres, Enfants du silence » dont elle est vice-Présidente. Site « enfantsdusilenceblog.wordpress.com/  Nous prévoyons de chercher les voies et les moyens d’une collaboration entre nos deux associations ; certes la raison d’être première est différente mais il y a certainement moyen de s’épauler.
Jean nous parle de l’ouvrage « Des compagnes de prêtres témoignent » publié par nous, Plein jour. Premier tirage épuisé. Un deuxième tirage est en cours. N’hésitez pas à en parler autour de vous. Un des participants est même allé jusqu’à improviser un stand lors d’une « Journée du livre » pour le présenter !

On clôture la rencontre à 17h. Les mails des participants seront envoyés à chacun pour prolonger les échanges.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.