«

»

Bibliographie : Le Droit d’Aimer

Nous avons lu :  « Le droit d’aimer » de Anne-Marie Mariani

Extrait du Bulletin PJ24

 

Dans ce livre l’auteur raconte les péripéties douloureuses qui ont marqué son enfance.

Une fois encore, je suis frappée par le pouvoir de nuisance des religions, quelles qu’elles soient.

Anne-Marie nous introduit dans sa vie bien en-deçà de sa naissance. Elle nous présente d’une part : Marie-Paule, une jeune fille qui a intégré une congrégation religieuse. D’autre part : Prosper, un jeune homme poussé par sa famille à devenir prêtre. L’un et l’autre corsetés par une règle intangible qui excluait leur droit d’aimer. On sait par expérience que priver quelqu’un d’une valeur essentielle comme son affectivité, peut provoquer une réaction explosive. C’est ce qui s’est produit lorsque Marie-Paule et Prosper se sont rencontrés. Elle, religieuse à la tête d’un dispensaire à Oran, et lui , prêtre en paroisse dans la même ville. L’amour les a saisis comme un brasier que rien n’arrête. Comme une vague géante qui vous arrache du sol et vous projette très loin, sur une autre planète.

Après un bonheur intense, c’est l’atterrissage brutal. Sans s’y être préparés, ils ont précipité un petit être dans une nouvelle vie. Et ce qui aurait dû être un motif de joie est apparu comme un nœud de problèmes ardus. Psychorigide, la hiérarchie de l’église s’est cramponnée au prêtre pour l’empêcher d’assumer sa responsabilité. Tétanisées par la honte, les familles des deux jeunes gens les rejettent brutalement. Marie-Paule, seule avec son bébé, se retrouve sans toit, sans travail et sans argent. Par chance, son premier secours lui vient de sa supérieure : sœur Renée du Rosaire. Cette femme au grand cœur l’héberge et reste présente dans cette situation critique. Marie-Paule est courageuse. Elle trouve un emploi comme infirmière. Mais que faire du bébé ? C’est alors qu’un ecclésiastique, plus soucieux de rétablir l’ordre que de respecter les sentiments, propose une solution : faire adopter la petite fille par un couple sans enfant. C’est odieux ! Pour ce célibataire, tout est réglé pour le mieux. Prosper continue à exercer dans sa paroisse. Marie-Paule gagne sa vie et le bébé est casé. Voilà comment l’institution église fausse la jugement de ses prêtres. L’auteur de cet “arrangement” n’a sûrement pas réalisé dans quelle galère il a précipité la petite Anne-Marie.

Rassurez-vous ! Avec l’énergie qui la caractérise, elle a trouvé sa place dans la vie, mariée et mère de deux enfants. Les souffrances qu’elle a endurées semblent l’avoir dynamisée pour se tourner vers ceux qui ont subi la même injustice : les enfants de prêtres. L’an dernier, elle a fondé pour leur venir en aide l’Association « Les Enfants du Silence ».

Ce livre se lit facilement. Il démontre une fois de plus combien de ravages ce célibat imposé de force peut perpétrer.

Dominique

Le Droit d’Aimer. Anne Marie Mariani. Janvier 2014. Ed. Kairo

 

NB. AM Mariani est Présidente de l’Association toute nouvelle “Enfants du silence” pour aider les enfants de prêtres et leurs parents.