«

»

Bibliographie : Musset “Etre chrétien dans la modernité”

Etre chrétien dans la modernité
réinterpréter l’héritage pour qu’il soit crédible

Jacques Musset

 

Golias , Villeurbanne (Rhône)

Parution :  février 2012

 Analyse critique de la doctrine de l’Eglise catholique exprimant la vérité divine. Montre dans quels contextes religieux, culturels et politiques elle s’est organisée et propose des voies alternatives pour que le christianisme soit une voie de vérité, de liberté et de fraternité.

Quatrième de couverture

Ce livre se veut délibérément constructif. Il est né de questions que se pose son auteur depuis plus de 40 ans et qui sont partagées par de nombreux chrétiens. Constatant le grand décalage – immense fossé – entre ce que Jésus a été, ce à quoi il appelait en paroles et en actes, et l’imposante doctrine catholique que professe à son sujet leur Eglise, ils s’interrogent : comment en est-on arrivé historiquement à une pareille distorsion qui frise l’infidélité ? Pourquoi cette doctrine n’est-elle plus crédible dans la modernité présente par un grand nombre de baptisés et de non-chrétiens ? Comment est-il possible de réinterpréter l’héritage venu du Nazaréen pour qu’il soit Bonne Nouvelle aujourd’hui ? Dans la culture actuelle qui n’est plus celle d’hier et d’avant-hier et dont les représentations sur le monde, l’homme et son destin sont différentes de celles d’un passé révolu, comment dire et vivre à nouveaux frais l’Evangile débarrassé d’un carcan doctrinaire, dogmatique et moralisateur ? A quelles conditions ? Selon quelles exigences ?

Le livre est une analyse critique de la doctrine officielle de l’Eglise Catholique qui prétend exprimer la Vérité divine. Son auteur la conduit avec rigueur en montrant comment et dans quels contextes religieux, culturels et politiques elle s’est constituée. Mais en déconstruisant cette doctrine et en en manifestant sa relativité, l’ouvrage propose des voies alternatives, cohérentes avec le message et la pratique de Jésus et enracinées dans la culture de la modernité actuelle. Car la fidélité n’est pas répétition mais recréation permanente.