«

»

Des crimes d’abus sexuels à la recherche des causes et des réformes


15 février 2019
_______________________________________________________________________________________________________________________________

Un mouvement mondial de femmes prêtres catholiques envoie une lettre aux membres du comité de planification pour le sommet sur les abus sexuels commis par le pape François convoqué par le pape François au Vatican les 21 et 24 février 2019

25 janvier 2019

Aux membres du comité de planification appelé pour la conférence sur les abus sexuels commis par clérical par le pape François:

Révérend Hans Zollner,                  
cardinal allemand Blase Cupich, Chicago, États-Unis 
cardinal Oswald Gracias, Mumbai, Inde 
Archevêque Charles J. Scicluna, Malte


Le scandale mondial d’agression sexuelle et de dissimulation par le clergé dans le monde entier affecte de manière dramatique tout le peuple de Dieu. Toute forme d’abus sexuel est un crime qui doit être signalé et traité par les autorités civiles afin que justice soit véritablement rendue. Pour guérir les blessures spirituelles subies par les victimes d’abus, il est nécessaire que les autorités de l’Église écoutent avec le cœur du Christ pour que l’Église puisse guérir cette blessure jusqu’au Corps du Christ. Le pape François a réagi en convoquant une réunion des chefs des conférences nationales des évêques en février. Vous êtes chargé de préparer cette réunion. Nous espérons que vous prendrez en compte les observations et recommandations suivantes.

Le pape François a déclaré: «Refuser d’abuser, c’est dire un« non »catégorique à toutes les formes de cléricalisme.» (Lettre au peuple de Dieu, par. 2.4) Nous convenons que le cléricalisme est une question clé, car maintient la structure du clergé / laïc de l’Église, ce qui est gravement défaillant dans la mesure où elle réserve la prise de décision à une petite minorité d’hommes célibataires. Malheureusement, ils ressemblent davantage à une société pyramidale laïque qu’à un collège d’apôtres dont la mission est d’enseigner, de gouverner et de sanctifier, par la Sainte-Cène et par l’exemple, le peuple de Dieu tout entier. Un véritable changement contre les abus doit commencer par un changement essentiel de la structure du clergé / laïc de l’Église.

Nous parlons en tant que femmes qui aiment l’Église et ont accepté, dans l’obéissance prophétique au Saint-Esprit, d’exercer un leadership de service au sein des communautés confessionnelles catholiques, en soignant les âmes brisées des personnes blessées par l’Église. Nous intervenons auprès des victimes de harcèlement sexuel, d’exploitation et d’agression sexuelle, ainsi que de leurs familles. Nous voyageons également avec des prêtres offensants pour les aider à trouver le pardon et la guérison.

L’absence de femmes à des postes d’autorité ecclésiale prive l’Église de la sagesse et de la perspicacité qu’elles apportent au processus de discernement et de prise de décisions. Les stéréotypes de genre patriarcaux réduisent au silence la voix de la moitié de l’humanité. Les femmes savent par expérience que la hiérarchie de l’Église catholique est le principal vecteur du virus toxique mondial de la misogynie et de la violence qu’il engendre. Le traitement contre ce virus est l’égalité: l’inclusion des femmes dans tous les ministères de l’Église, afin que les hommes et les femmes soient des partenaires égaux dans la collecte et la conduite du peuple de Dieu.

En outre, si l’Église reconnaissait le double appel à la prêtrise et au mariage, la perspective de la vie familiale enrichirait le ministère de ses prêtres comme avec ses diacres. La fin du célibat obligatoire donnerait aux prêtres et aux évêques le soutien émotionnel et la stabilité de la vie familiale (voir Genèse 2:18; I Tim 3: 2-5) et fournirait un modèle pour les paroissiens. Cela ne veut pas dire que nous n’honorons pas le charisme du célibat chez ceux qui le reçoivent.

Les membres (femmes et hommes) du mouvement international des femmes prêtres catholiques se joignent à tous ceux qui espèrent que votre réunion à Rome produira les véritables changements nécessaires pour restructurer la gouvernance de l’Église. Une conversion du cléricalisme et du droit au service est impérative pour panser les blessures graves au Corps du Christ et faire passer l’Eglise au XXIe siècle. 

Nous prions sincèrement pour que l’Esprit guide vos délibérations et votre prise de décision, afin de faire sortir l’Église des ténèbres à la lumière du Christ “, car le Saint-Esprit est lui-même une sérénité brûlante et brillante qui ne peut être annulée et qui enflamme une vertu ardente. afin de mettre toutes les ténèbres à la lumière “(St. Hildegarde de Bingen). 

Avec respect,

Femmes prêtres catholiques: 
+ Marie Evans Bouclin, (Sudbury, ON, évêque émérite, RCWP Canada) 
+ Merlene Olivia Doko, (Pismo Beach, Californie, évêque Emerita, RCWP États-Unis) 
+ Patricia Fresen, (Capetown, RCWP Afrique du Sud) 
+ Joan M. Clark Houk, (South Bend, IN, RCWP-États-Unis, région des Grands Eaux) 
+ Andrea Michele Johnson, (Annapolis, MD, RCWP États-Unis, région de l’Est) 
+ Jane Kryzanowski, (Régina, SK, RCWP, Canada) 
+ Christine Mayr-Lumetzberger (Pettenbach, RCWP Autriche / Europe) 
+ Nancy Louise Meyer (Indianapolis, IN, RCWP États-Unis, Midwest) 
+ Ida Raming (Stuttgart, RCWP Allemagne) 
+ Sibyl Dana Reynolds (Pebble Beach, Californie, Bishop Emerita, RCWP USA) 
+ Suzanne Avison Thiel, (Portland, OR, RCWP USA, Western Region)
+ Jane Via, (San Diego, Californie, RCWP USA, région de l’Ouest) 

Au nom des membres de l’Association des femmes prêtres catholiques: 
+ Olga Lucia Alvarez (Colombie, SA, ARCWP) 
+ Michele Birch-Conery (Windsor, ON) , ARCWP) 
+ Mary Eileen Collingwood (Hudson, Ohio, ARCWP) 
+ Bridget Mary Meehan (Sarasota, FL, ARCWP)


Contacts: 
Jane Kryzanowski                                    
photina61@gmail.com                             
306-737-2927 

Bridget Mary Meehan                                              
sofiabmm@aol.com 
703-505-0004 ci-